L'ASSAINISSEMENT PROVISOIRE DU CHANTIER DE LA 3e VOIE

05 Mai 2017

Sur l'autoroute A10 entre Chambray-lès-Tours et Veigné, les travaux d’aménagement de la 3e voie comprennent la mise en place d’un dispositif d’assainissement provisoire destiné à préserver l’environnement, notamment la ressource en eau. Ainsi, avant de commencer les travaux de terrassement (ou ceux relatifs aux ouvrages d'art), il est nécessaire de séparer les eaux qui proviennent de l'extérieur du chantier, comme l'eau de pluie, des eaux qui transitent par la zone en travaux. Des fossés provisoires sont donc mis en place pour dévier les eaux qui tombent à l’extérieur de la zone de chantier, sans qu’elles soient en contact avec les travaux.

L'importance des bassins provisoires

Il est ensuite nécessaire d'assainir l'eau qui passe sur le chantier. Un réseau de collecte, c’est-à-dire un ensemble de fossés et de tranchées, ainsi que des bassins provisoires, sont mis en place. Les travaux ne peuvent débuter qu'une fois ce système élaboré. L'eau qui tombe sur le chantier est acheminée vers les bassins provisoires avant tout rejet dans le milieu naturel. Un bassin provisoire n'a pas la même taille qu’un bassin définitif car la quantité d'eau est beaucoup plus faible. Chaque zone est traitée en fonction du milieu et du volume d'eau accueilli. Les bassins provisoires évoluent avec l'avancée des travaux. Une fois les travaux terminés, les bassins provisoires laisseront place aux bassins définitifs.

Le rôle d'un bassin provisoire est de récupérer les matières en suspension qui peuvent être générées par les travaux, appelées MES dans le langage des travaux publics. Sans ce dispositif, ces matières risqueraient de venir altérer la qualité des eaux naturelles. Chaque goutte d'eau doit impérativement être décantée via les bassins provisoires pour en extraire ces matières et éviter qu'elles puissent parvenir jusqu'aux rivières.