LES BASSINS D'ASSAINISSEMENT : FOCUS SUR LEUR FONCTIONNEMENT

13 Avril 2017

La circulation automobile est à l'origine d'une pollution à base d'hydrocarbures et de métaux lourds (particules de fer par exemple…) qu'il faut piéger et traiter afin d'éviter qu'elle ne se propage dans la nature, notamment dans les cours d'eau et les nappes phréatiques. C'est l’un des rôles des bassins autoroutiers d'assainissement qui sont mis en place par VINCI Autoroutes dans le cadre de l’aménagement de la 3e voie.
Le but de la manœuvre consiste à ce que chaque goutte d'eau tombée sur la chaussée de l’autoroute transite par un réseau de fossés et caniveaux jusqu’à un bassin pour y être assainie avant de regagner le milieu naturel. Les bassins s'imposent donc comme une zone tampon entre l'autoroute et la nature. 
Auparavant, les eaux de pluie tombées sur la plateforme autoroutière et celles provenant de l’extérieur de l’autoroute (les villes, les champs…) transitaient pas le même réseau d’assainissement. Dans le cadre du chantier de la 3e voie, les équipes travaux réalisent deux réseaux distincts : un pour les eaux de pluie tombées sur l’A10 et un pour les eaux « extérieures ». Cela a pour effet d’accentuer l’efficacité de chaque bassin.

Plusieurs types de pollution
Les bassins d'assainissement sont amenés à traiter deux genres de pollution : la pollution chronique, qui est la plus courante (huile, carburant, pneumatiques, déchets jetés par les utilisateurs de l’autoroute…) et la pollution accidentelle, plus rare mais impliquant une fuite importante de produits polluants, comme dans le cas d’un accident de poids lourd transportant du carburant par exemple. Pour lutter contre la pollution chronique, les bassins traitent l'eau par décantation, c’est-à-dire que les matières les plus légères comme les hydrocarbures restent en suspension dans le bassin, tandis que les matières plus lourdes tombent au fond du bassin. Débarrassée ainsi de toute forme de pollution, l’eau peut alors être rejetée dans la nature par un système de siphon. Les bassins sont régulièrement vidés et nettoyés par des entreprises spécialisées pour assurer leur efficacité. En cas de pollution accidentelle, des vannes installées en sortie des bassins sont immédiatement actionnées par les équipes de VINCI Autoroutes pour contenir la pollution dans les bassins et empêcher tout rejet à l’extérieur. Les polluants seront alors évacués par la suite par des entreprises spécialisées.

Le rôle de régulateur
Le bassin a aussi un rôle de régulateur en cas d’épisode pluvieux. Pour ce faire, il est dimensionné (volume, forme, position) en fonction de la quantité d’eau qu’il est susceptible de recevoir de sorte à pouvoir rejeter une quantité d’eau plus limitée dans le milieu environnemental.

Les particularités des bassins sur le chantier de la 3e voie
Les bassins nécessitent la construction de plusieurs aménagements au préalable. Pour chaque bassin, les équipes du chantier de la 3e voie doivent mettre en place une piste d'exploitation qui fait le tour du bassin, ainsi qu'une rampe d'accès au fond du bassin pour les phases de nettoyage. Sur la 3e voie, tous les bassins sont équipés d'un revêtement étanche, ce qui n’est pas forcément le cas sur d’autres chantiers. Cette imperméabilité permet d’éviter toute infiltration de polluant dans les sols. Au total, sur les 6 kilomètres de 3e voie entre Chambray-lès-Tours et Veigné, 8 bassins vont assurer la protection de l’environnement : 5 bassins existants sont réutilisés et aménagés, 3 sont créés. En moyenne, le volume utile de chaque bassin est 3 000 m3.