INTERVIEW MÉTIER : L'EXPLOITANT

19 Septembre 2016
Image detail

Jean-Pierre Lorailler, Exploitant, Cofiroute,

 

En quoi consiste le métier d’exploitant de l’autoroute ?

Au sein de l’Exploitation, deux branches se distinguent : la branche péage et la branche viabilité, dont je fais partie. Mon rôle consiste à garantir des conditions optimales de circulation à tous les usagers de VINCI Autoroutes, et ce en toutes saisons. C’est dans cette optique que l’équipe Exploitation planifie et réalise les travaux d’entretien de l’autoroute tout au long de l’année. En charge de la partie entretien et sécurité, l’exploitant surveille et intervient sur l’autoroute dans les plus brefs délais en cas d’incident.

Combien de personnes travaillent dans votre équipe ?

Au centre de Chambray-lès-Tours, l’Exploitation regroupe une large palette de métiers aux compétences complémentaires : une trentaine d’agents routiers sont chargés d’effectuer les balisages et les travaux d’entretien de l’autoroute, ils sont managés par les superviseurs viabilité. Des superviseurs sécurité travaillent au Poste Central d’Exploitation (PCE) où ils se relaient 24h/24 afin de gérer le trafic autoroutier en temps-réel. Ils assurent le suivi des interventions et des balisages, informent instantanément les usagers en programmant les panneaux à message variable (PMV). Enfin, un responsable technique ainsi que deux chargés de missions chapeautent l’équipe et veillent au bon déroulement des opérations.

Pour le chantier de la 3e voie, quels sont les enjeux de votre métier ?

Les multiples facettes du métier d’exploitant de l’autoroute engendrent des enjeux très divers. L’enjeu principal réside dans la typologie du secteur dans lequel évolue le chantier de la 3e voie. En plein cœur de la zone urbaine, le défi majeur pour l’Exploitation est le maintien de la fluidité du trafic sur l’autoroute. Mon but et celui de mon équipe est de limiter l’impact des travaux sur les conditions de circulation des usagers.

C’est pourquoi, en concertation avec le maître d’œuvre, nous étudions et programmons les phases de balisage pendant toute la durée du chantier afin de minimiser la gêne au maximum. L’Exploitation vérifie et valide les fermetures et les déviations mises en place dans le cadre du chantier. La gestion du trafic est primordiale car elle permet de prendre en compte les risques liés au milieu autoroutier pour les collaborateurs.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Rien ne me destinait au métier d’exploitant de l’autoroute. Après mes études je suis devenu moniteur d’équitation pendant deux ans. À la fin de mon service militaire j’ai obtenu mon permis poids-lourd et j’ai parcouru l’Europe de 1990 à 2005. Cette dernière expérience m’a permis d’observer quotidiennement les agents routiers et ainsi de développer mon goût pour l’autoroute.

En 2005, j’ai participé à la construction de l’A85 avant d’entrer chez Cofiroute comme saisonnier sur les aires de repos. Agent routier pendant 4 ans puis superviseur viabilité au centre de Châtellerault, j’ai managé 21 personnes. Ma mission consistait à gérer l’impact de la construction de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux sur la circulation autoroutière de l’autoroute A10.

Au début de l’année j’ai saisi l’opportunité d’intégrer l’équipe de la 3e voie. L’an prochain je ferai l’interface entre le chantier de la 3e voie entre Chambray-lès-Tours et Veigné et les chantiers de la région. Un beau challenge en perspective.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Ce que j’aime tout particulièrement c’est le travail en équipe. J’ai la chance d’évoluer au sein d’une très bonne équipe dont les membres œuvrent tous dans le même but. De l’agent routier au maître d’œuvre en passant par le superviseur, chacun est un maillon d’une chaîne sans lequel l’Exploitation ne pourrait fonctionner. C’est un métier qui apporte des challenges quotidiens, il nécessite une grande réactivité et une implication importante. Il faut savoir faire face aux imprévus et aléas, c’est très stimulant.

Nous faisons tous partie d’un seul et même projet dont l’objectif est de parvenir à le réaliser dans le temps imparti.

Nous rencontrons des personnes aux profils variés et faisons face à de nouvelles expériences qui nous permettent, chaque jour, d’acquérir de nouvelles connaissances. C’est pour moi source d’épanouissement professionnel et personnel.