ETNA : DANS L'OEIL DE GUILLAUME LE BAUBE

Auteur-photographe depuis 10 ans, Guillaume Le Baube est l’un des lauréats artistiques ETNA. Cette interview nous dévoile son parcours, son univers photographique ainsi qu’une première approche de sa perception du chantier de la 3e voie entre Chambray-lès-Tours et Veigné.

 

Guillaume, quelle est l'origine de votre univers artistique ?

 

« J'ai commencé la photographie il y a plusieurs années, je photographiais tout ce qui passait devant mon objectif et développais mes films la nuit dans ma salle de bain... 

En 2001, ma salle de bain devenant trop petite, j'ai intégré une école de photo sur Paris. Je rencontrais cette année-là une photographe qui me prit sous son aile et dès l'année suivante je commençais à travailler comme assistant. Durant 4 années, je me suis formé auprès de nombreux photographes et ce jusqu'en 2006 où je décidais d'affirmer mon statut d'auteur.

Depuis lors, je multiplie les expériences professionnelles et artistiques, du shooting en studio aux expositions personnelles, en passant par le reportage presse et même la création d’un collectif de photographes. Mon univers photographique est donc au croisement de nombreuses sensibilités, j'adapte mon langage photographique en fonction de mes envies et des sujets abordés. »

 

Qu'est-ce qui a motivé votre candidature ETNA et qu'attendez-vous de ce projet ?

 

« Comme de nombreux artistes je suis souvent à l'affut d'appel à projet intéressant, correspondant à mes envies, ma sensibilité. Le fait de pouvoir travailler sur mon territoire et de me replonger dans l'univers du chantier que j'avais croisé quelques mois auparavant lors d'une commande m'a tout de suite emballé.

J'attends d'un projet comme celui que j'ai proposé pour ETNA qu'il me permette d'aller réellement au fond de mon sujet, il n'est pas commun ni évident de pouvoir travailler plusieurs mois ou années sur un même sujet ! Je souhaite donc aller au plus près de la réalité d'un chantier d'importance comme celui de l'A10, rencontrer et mettre en lumière les acteurs/bâtisseurs de cette entreprise. Je souhaite en réalisant ces images mettre en relation l’espace interdit du chantier et les publics concernés par ce changement dans leur territoire. »

 

Y-a-t-il une expérience qui vous a particulièrement marqué sur le chantier ?

 

« L’une de mes expériences visuellement la plus impressionnante sur le chantier a eu lieu lors du bétonnage du tablier du pont Baudot. Le chantier se déroulait de nuit -ce qui crée toujours des jeux d'ombres & lumières artificielles avec lesquelles j'aime jouer- et mobilisait un nombre important d'ouvrier qui œuvrait chacun à son poste tel des marins sur le pont d'un bateau. Se déroulait sous mes yeux une vraie scène de théâtre que j'ai pris plaisir à immortaliser ! 

Je suis également très content de l'accueil qui m'est à chaque fois réservé sur les chantiers, il m'est très facile de travailler avec tous les ouvriers qui jouent le jeu et me laisse leur tirer le portrait autant qu'ils me facilitent mes photos "reportage" en m’expliquant les travaux en cours. »

 

Pour découvrir un petit peu plus cet artiste, rendez-vous ici sur le site etna.fr